A A A
Avatar

Please consider registering
guest

sp_LogInOut Log In sp_Registration Register sp_MemberList Members

Register | Lost password?
Advanced Search

— Forum Scope —




— Match —





— Forum Options —





Minimum search word length is 3 characters - maximum search word length is 84 characters

sp_Related Related Topics sp_TopicIcon
Talk back : Indiana Jones et le Cadran de la destinée
Topic Rating: 0 Topic Rating: 0 Topic Rating: 0 Topic Rating: 0 Topic Rating: 0 Topic Rating: 0 (0 votes) 
Tags: Talk Back
4 juillet 2023
12:22 pm
Avatar
Gribouille Confirmé(e)
Members
Forum Posts: 152
Member Since:
27 septembre 2015
sp_UserOfflineSmall Offline

Je ne suis pas neutre : j'adore Indiana Jones. C'est une des licences phare de ma jeunesse, un sommet du film d'action et d'exploration, et j'ai probablement vu les trois premiers films des dizaines de fois. Jusqu'en 1989, mon bonheur était parfait : nous avions une belle trilogie, le premier et le troisième excellent, le deuxième un peu moins convaincant, mais avec quand même de très bons moments et des scènes marquantes. Et j'avais bien volontiers accepté que c'était fini, que nous en resterions là, comme pour "Retour vers le futur" (qui, fort heureusement, n'appelle aucune suite et aucun reboot, Zemeckis nous en préserve).

Et puis est arrivé "Le crâne de cristal". En toute honnêteté, je ne suis pas allé le voir au cinéma, tellement les retours étaient mauvais. Je ne l'ai vu à la télé que bien plus tard, mais il m'a suffi de quelques secondes pour le détester : des marmottes anthropomorphes en CGI, puis plus tard une poursuite à la Tarzan dans la jungle, et enfin, à la fin, des p*** d'extraterrestres !!! (Spoiler alert. Oups, trop tard.) Comment Spielberg et Lucas avaient pu nous pondre ça, surtout après des décennies d'attente? La réponse, on la connaît : un projets maintes fois repoussé, un scénario révisé des dizaines de fois, trop d'enjeux financiers, un Georges Lucas de plus en en plus businessman et de moins en moins inspiré, etc.

Après cet échec, j'ai été sidéré d'apprendre qu'un nouvel Indy était en route, surtout compte tenu de l'âge d'Harrison Ford, et de l'incapacité globale du cinéma hollywoodien de produire des blockbusters intéressants, surtout pour les films à licence. Mais les premiers retours après la sortie n'étaient pas mauvais alors je suis allé le voir.

Spoiler mineur puisque concernant les 20 premières minutes du film, et qui justifie d'inclure ce talk back dans la section FX : l'action se passe en 1944, avec un Indy rajeuni en CGI. Cette scène seule justifie le visionnage du film : on y retrouve l'esprit des premiers films, l'action, l'excitation, c'est du tout bon.

La suite du film emmène un professeur Jones vieillissant et quasi retraité à la poursuite d'un mystérieux artefact, le fameux Cadran de la destinée. Et honnêtement, sur le coup, j'ai bien accroché. Point positif : le film évite les grosses bourdes du précédent : pas de marmotte en CGI pour interrompre la suspension d'incrédulité. On est sur du Indiana Jones classique, qui suit le cahier des charges : et rien que ça, c'est bien sympa. Mention spéciale aussi pour le personnage d'Helena Shaw, très bien écrit, et qui fait un bon tandem avec Indy.

Donc sur le coup, j'ai passé un bon moment, mais il faut toujours que je dorme quelques jours sur un film pour savoir quelle impression il me laisse.

Et force est de constater, quelques jours plus tard, que le film ne m'a pas vraiment marqué. Un peu long, un peu trop de courses-poursuites, et pas de moment vraiment mémorable, à part la première séquence. Le traitement du personnage principal est aussi décevant : on le sens à la traîne, tiré dans l'action par les circonstances et par des acteurs plus jeunes que lui, l'excellente Helena en tête. Un critique résumait ça assez bien : avait-on vraiment envie de voir un vieil Indiana Jones? On sait bien que c'est une tendance actuelle du cinéma que de rendre gris et sombre les licences les plus flamboyantes. Mais ce qui fait l'attrait du personnage d'Indiana Jones, c'est précisément son caractère iconique, presque archétypal : on n'a pas vraiment besoin de savoir que c'est un être humain, qui vieillit comme tout le monde. Fait-on vieillir Mickey?

Et puis, une petite réflexion sur les FX : la scène finale était certainement fun à faire, mais elle n'apporte rien au récit. Et surtout, une règle d'or : on ne montre JAMAIS le mystère, on le suggère. Quand l'Arche est ouverte, on voit le châtiment divin, mais le mystère sacré et secret de la présence de Dieu est maintenu. Idem pour le Graal. Même dans le Temple maudit, l'origine mystique des pouvoirs est préservée.

Mais là, comme dans le précédent film, on voit tout, plus de place au mystère : après les soucoupes volants, le voyage dans le temps. On aurait pu se contenter d'un bref passage nous permettant de comprendre, par exemple en voyant les galères romaines attaquer de loin Syracuse, qu'il y avait eu voyage dans le temps et que celui-ci s'était mal passé. Mais non, on a la totale, la rencontre avec Archimède, etc.

En fait, les limites techniques des FX des années 80 obligeaient à proposer des atmosphères, à suggérer le mystère plutôt qu'à le montrer. Pourquoi tant de scènes nocturnes avec des éclairages bleus en arrière fond? Pourquoi ne voit-on que des bouts d'Alien, pendant une demi-seconde, et le reste dans un éclairage stroboscopique? Justement parce que quand on montrer le xénomorphe en entier en 1981, c'est ridicule : ça se voit que c'est un mec déguisé en Alien. Donc on est obligé d'innover avec les contraintes techniques de l'époque : et c'est grâce à ça que le xénormorphe de 1981 est mille fois plus flippant et réussi que 10.000 Prométheus. Je regrette qu'on ait perdu cette leçon : ce n'est pas parce qu'on a les moyens de tout montrer et d'être ultra-réaliste, qu'il faut tout montrer et être ultra-réaliste.

Indiana Jones appartient à deux genres : l'action comics pulp des années 40 (auquel Spielberg et Lucas voulaient rendre hommage), et le film d'action et d'aventure des années 80. Mais ces époques sont révolues, et ne "parlent" plus trop au public et à la culture moderne : Indy n'aurait jamais dû quitter les années 80.

Malgré tout, à nouveau, on a passé un bon moment, je vous encourage à aller le voir pour vous faire une idée, surtout si vous êtes fan d'Indiana Jones. Même s'il n'est pas mémorable et s'il manque un peu d'originalité, le film est quand même sympa et l'action est bien menée, sans être flamboyante. Il m'aura moins marqué qu'un "Ghostbusters : Afterlife" (pour moi le meilleur exemple récent de licence rebootée avec succès), et m'aura surtout donné envie de revoir à nouveau la première trilogie.

Pour finir, une petite animation bien sympa découverte il y a quelques années (faite par un gars tout seul, sur 5 ans!) :

4 juillet 2023
20:17 pm
Avatar
Gribouille Sensei
Forum Posts: 10879
Member Since:
26 juin 2013
sp_UserOfflineSmall Offline

Je sors juste du film donc je vais plancher sur ce que j'ai à dire, mais content de voir que pour une fois c'est pas moi qui lance la discussion ! Dans tous les cas, je place quand même mon avis à chaud : c'est du Bon, mangez-en ! whistle

Sur ce, je retourne mettre de l'ordre dans mes idées avant de poster, mais avant tout, petit rappel pour la suite. happy

~

Les règles d'un bon Talk Back :

- Parlez de tous les points positifs et négatifs que vous avez vu, ne vous contentez pas de "j'ai bien aimé" ou "c'était nul".

PAS DE SPOIL. Si vous avez besoin de parler d'un des passages du film pour votre argumentaire, vous avez un outils Spoiler pour cacher votre texte.

5 juillet 2023
18:57 pm
Avatar
Gribouille Sensei
Forum Posts: 10879
Member Since:
26 juin 2013
sp_UserOfflineSmall Offline

Alors c'est parti pour mon Talk Back à moi... De but en blanc, autant le dire, j'ai passé un bon moment, même si le film est très loin d'être sans défaut. Il faut savoir que, comme FrozenOwl, je suis un pur fan d'Indy : j'ai fait des études d'Histoire de l'Art / Archéologie avant de me réorienter vers l'animation, et pendant un bonne partie de cette période je portais carrément un vieux blouson de cuir marron et un chapeau, clairement,... comment dire... (chapeau que je porte toujours quand c'est de saison, je tiens à le préciser. whistle)

Du coup, ça me permet de dire qu'en tant qu'énorme fan, j'ai préféré être prudent et ne pas y aller avec un grosse Hype de malade. De toute façon, ceux qui lisent mes Talk Back savent que je suis contre la Hype : dans le pire des cas, ça peut te gâcher un bon film juste parce que tu en attendais plus et que tu va être mécaniquement déçu juste à cause de ton attente trop haute. mellow

Donc oui, y aller en mode "prépare toi au pire en t'attendant au meilleur", c'est pas plus mal... happy

Et dans le cas de ce film, c'est exactement ce que je ressens : ça aurait pu être largement pire (Kof, Kof... Le 4, Kof...), mais y'a quand même pas mal de problèmes un peu lourds qui vont empêcher certains de totalement replonger dans l'univers d'Indy, comme on remettrais des pantoufles bien confortables.

Premier défaut pour moi, le film est long. Curieusement pas plus long que les autres Indy, mais curieusement on le ressent plus sur celui-là. Du coup, y'a sans doute un problème de rythme. Personnellement ça n'aura pas suffit à me sortir du Show, mais je peux comprendre si certains souffrirons un peu avant d'atteindre la fin. ouuuups

Le deuxième défaut, sur lequel je vais développer un peu en Spoil : y'a un poil trop de course-poursuites ! C'est certes une des marques de fabrique des Indy mais, y'a quand même de la maladresse dans l’exécution à ce niveau là. confused

En gros, la scène sur le train au début du film est du pur classique, assez bon, même si elle est un poil trop longue et manque de logique à certain moment. Il est impossible que Voller/Schmidt (Mads Mikkelsen) puisse se manger un poteau à pleine vitesse de la sorte et ne pas avoir la moindre marque par la suite, mais c'est pourtant comme ça qu'ils l'ont joué... C'est un peu dommage car une bonne cicatrice bien placée n'aurait en rien nuit au personnage, bien au contraire : c'est aussi très souvent dans le "cahier des charges" des films Indiana Jones.

Pour la scène à Tanger, c'est intéressant de voir le vieil Indy connaître tellement bien les rues qu'en faisant totalement l'inverse des indications du jeune Teddy, il arrive à couper la route aux bad guys : c'est son vécu et son expérience qui sont les réels points forts du personnage dans cette situation. Par contre le rajout du "fiancé" d'Héléna aurait pu être potentiellement plus comique et servir réellement à quelque chose dans la poursuite, amener à un climax particulier, avec un Gag ou autre chose. Là, ils ne servent pas à grand chose et disparaissent bêtement coincés dans une rue trop étroite, sans aucun panache... Repensez à la scène du 3 avec la course poursuite entre les bateaux à Venise et vous comprendrez ou je veux en venir. sneaky

Sinon, je suis à 100% d'accord avec l'analyse de FrozenOwl sur la fin du film. On n'est certes pas au niveau des hideux Extra-terrestres du 4 (qui, je le rappelle, ne sont même pas des E.T. mais des créatures "inter-dimensionnelles" qui viennent de "L'Espace entre les espaces", argl ! omg) mais c'est dans la catégorie "Too Much", ou on voit bien qu'Hollywood ne sait plus quand il faut freiner l'engin. dry

Très clairement, juste faire s'évader Indy et Héléna dès les premiers tirs de baliste, en sautant en parachute, montrer les Nazis s'écraser et Archimède récupérer la montre aurait suffit. Tu poses le 2ème petit avion loin en dehors de la bataille et tu récup Papy Jones (avec le coup de poing, ça faut garder !) avant de repartir et c'était plié. De plus, tu gagnes 15 minutes de films qui servent à rien. wink

Par contre, je suis quand même assez content du traitement d'Indy vieillissant, du fait qu'il en bave vraiment pour faire "comme dans le temps" et pour suivre sa catastrophe ambulante de filleule. D'ailleurs, j'ai aussi beaucoup aimé le fait que justement, Héléna ne soit pas un rôle modèle parfait en mode "Marie-Sue" et qu'elle ait quand même pas mal de gros gros défauts. smile

Comme le fait que sa vie étant tellement faites de risque et d'aventures à la limites d'un Lupin the Third plus que de celle de son parrain, et que par l'occasion elle commence même à manquer cruellement d'empathie pour certaines choses ou même certaines personnes. Le moment ou ils échappent du bateau de plongée et qu'elle est en mode "Wahoo !" alors qu'Indiana vient juste de perdre un des rares amis qui lui restait (ce qui est important pour son personnage dans le film), est un des exemples les plus criant à mon sens.

Un autre truc, qui vire presque à la politique, qui ne me semble pas complètement innocent dans le film, et que pour le coup j'ai beaucoup apprécié aussi : rappel que les Nazis sont pas vos amis. sneaky

Comme la pauvre agent de la CIA qui pense tout du long qu'elle peut contrôler pour son gouvernement ces tarés qui sont totalement incontrôlables, et qui fini très mal rien que pour ça, c'est pas anodin. rolleyes

Et merci à Héléna qui dans la scène de l'avion, quand elle passe au dessus du type qui est à 2 doigts de tomber, lui dit "Désolé mais... T'es un Nazi." (On va quand même pas se mettre à sauver des Nazis dans Indiana Jones, hein ! whistle).

C'est quand même un peu con de se dire qu'on doit se mettre à rappeler ce genre de choses de nos jours, mais bon... laugh

Enfin bref, dans tous les cas, je trouve qu'on fini sur une note pas trop négative toute cette saga Indiana Jones. On aurait pu avoir mieux, mais on a quand même esquivé une balle en ayant pas un truc du niveau du 4ème film, ou même pire (parce que c'est toujours possible de faire pire). rolleyes

Cosplay Comics Interview Final Fantasy Don Bluth Réalité Augmentée innovation Steampunk Japon Web serie grease pencil Goodies Review Food Halloween Concours Statistique Crowdfunding Youtube Pixar NSFW Exposition Festival Warner News RIP Dreamworks Corée WTF Animation Making of Analyse Documentaire DC Comics Nostalgie WIP Teaser 2D paperman Geekette Geekotaku jeu vidéo World Record LAIKA Cannes MCU Débat Blue Sky Funny France Ghibli Convention ARTE Ankama Article Cyber Punk US Info pratique Court métrage Geek FIBD Conférence Reportage Creepy Dr Who Netflix Trigger Trailer Sony Toei Animation Bande dessinée Oscars Césars Talk Back Twitter Marvel Manga Clip Studio Paint Aardman Musique
Forum Timezone: Europe/Paris

Most Users Ever Online: 405

Currently Online:
11 Guest(s)

Currently Browsing this Page:
1 Guest(s)

Top Posters:

Fresh: 387

Charrys: 243

macromaster_42: 239

tsatse: 228

lololeboiteux: 160

FrozenOwl: 152

itaf: 142

Fenix in Paris: 139

hunterogue: 124

Poyjo: 62

Member Stats:

Guest Posters: 140

Members: 180

Moderators: 0

Admins: 1

Forum Stats:

Groups: 3

Forums: 8

Topics: 1507

Posts: 14425

Administrators: Marco Sensei: 10879