A A A
Avatar

Please consider registering
guest

sp_LogInOut Log In sp_Registration Register sp_MemberList Members

Register | Lost password?
Advanced Search

— Forum Scope —




— Match —





— Forum Options —





Minimum search word length is 3 characters - maximum search word length is 84 characters

sp_Related Related Topics sp_TopicIcon
[TALK-BACK] Alien Covenant
Topic Rating: 0 Topic Rating: 0 Topic Rating: 0 Topic Rating: 0 Topic Rating: 0 Topic Rating: 0 (0 votes) 
9 mai 2017
1:57
Avatar
Senior Gribouille
Members
Forum Posts: 239
Member Since:
5 septembre 2013
sp_UserOfflineSmall Offline

Allez en mémoire de nos longues discussions sur Prometheus je reviens pour partager mon impression d'Alien Covenant (sans poil)

 

La grande question c'est comment se relever après Prometheus. Cette daube laissait la porte grande ouverte à tout. Faire le fameux prequel tant attendu d'Alien n'aurait pas été plus mal réceptionné qu'un assumé Prometheus 2. Le développement de ces films est pour le moins chaotique: informations contradictoires, changements de titres et de scénaristes n'ont pas aidé la saga Alien à faire un retour en force. Alien jusqu'en 2012 c'était 4 films de qualités inégales mais toujours avec des partis pris tranchés et des thématiques similaires, en premier plan le viol, la sexualité et la maternité, enrobé dans un emballage science-fiction horrifique étonnamment complémentaire. Prometheus avait changé la donne en ajoutant une dimension cosmologique très casse-gueule.
 

Et 5 ans plus tard Alien Covenant se pointe et se présente comme une réconciliation entre le public de Prometheus (oui oui y en a) et le public d'Alien. Tout ceci pour délivrer un film bancal, schizophrène, étrangement ennuyeux bien qu'à la fois relaxant. Mais horrifique? Pas vraiment. Ridley Scott semble battre en forfait avec Alien Covenant. Son parti pris de mise en scène en 1979 consistait à montrer si peu de l'alien et cela fonctionnait très bien. Pourrait-on penser avec lui que l'Alien a une place si importante dans la pop culture qu'il n'a plus aucun moyen de nous effrayer? Pourtant le plan sous la douche laissait présager des trouvailles visuelles pour re moderniser la créature et nous réconcilier avec la peur. L'alien est là, dans toute sa splendeur Gigeresque mais il est effacé par l'influence de Prometheus et c'est bien malheureux. Alien Covenant se sent l'obligation de nouer un lien fort avec son prédécesseur là où une allusion discrète aurait été amplement suffisante. Ridley Scott et ses scénaristes persistent à légitimer le bordel du premier film et ce ne sont pas moins de 30 minutes de film destinées à ce but précis. 30 minutes, amorcées peu après la fin du premier acte, qui régressent au stade de pure exposition avec quelques touches d'alien ça et là, histoire de dire. C'est l'un des plus gros défauts d'Alien Covenant: l'alien n'est pas le méchant. L'alien est à peine une menace tangible. Son unicité effleure la vision de James Cameron, sa dangerosité celle de Paul W S Anderson. Il semble intervenir comme un acteur contractuellement obligé de se pointer. Un peu comme Mark Hamill dans les nouveaux Star Wars.

Mais admettons l'absurdité que Alien Covenant ne soit pas à propos de l'alien. Admettons, puisque le film ouvre sur lui, que le film soit à propos de David, l'androïde. Le postulat SF/cosmologique de son intrigue n'est pas peu intéressante. Le questionnement "quel est mon but" est tout à fait judicieux mais ne se mêle pas bien avec la sauce de l'alien. Et offre une réponse trop discutable pour être simplement acceptable. La scène d'ouverture est un parfait petit court-métrage SF dont le seul péché est d'amorcer un film d'horreur.

Ridley Scott met son excellent sens du cadrage, de la lumière, des couleurs au service d'un scénario bancal aux transitions douteuses. Passé un premier acte efficace, le film s'embourbe dans un méli mélo d'idées et oublie qu'il a un monstre dans ses mains qui est censé nous angoisser. Au lieu de ça on se prend la tête et ça endort.

Alien Covenant reste nettement supérieur à Prometheus (était-ce si dur?) mais rate l'occasion de mériter son titre d'Alien. La faute à une deuxième moitié de film qui essaye d'en faire trop et finit par ne pas provoquer quoique ce soit. Dommage.

Article Geek Pixar Mecha World Record Twitter RIP Youtube Animation Legend Cannes Culture Stop-Motion Césars Marvel Dr Who Dreamworks Aardman Bande dessinée Goodies Documentaire Ankama Cosplay Animation Court métrage Steam Punk Blue Sky Crowdfunding Master Class US Geekotaku Comics Teaser Cyber Punk WTF Conférence Analyse LAIKA Japon Warner Corée Débat Exposition Réalité Augmentée Festival Web serie Ghibli Final Fantasy Retrogaming Statistique France Annecy ARTE Convention Talk Back Making of Oscars paperman Sony Reportage Star Wars MCU Interview Musique Otaku Netflix Speed Drawing Concours Geekette Don Bluth blender grease pencil News Manga DC Comics Info pratique innovation Funny Review Disney NSFW
Forum Timezone: Europe/Paris

Most Users Ever Online: 405

Currently Online:
14 Guest(s)

Currently Browsing this Page:
1 Guest(s)

Top Posters:

Fresh: 371

Charrys: 241

macromaster_42: 239

tsatse: 181

lololeboiteux: 160

itaf: 142

albatron: 118

FrozenOwl: 107

hunterogue: 100

Poyjo: 62

Member Stats:

Guest Posters: 90

Members: 162

Moderators: 0

Admins: 1

Forum Stats:

Groups: 3

Forums: 8

Topics: 1209

Posts: 10134

Administrators: Marco Sensei: 7186